Vous trouverez dans cette section différentes astuces ou idées afin de réduire votre charge d’impôts ou simplement, améliorer votre situation financière. Nous en ajouterons graduellement afin qu’elle devienne la plus complète possible. Nous vous invitons donc à visiter cette section régulièrement afin de vous mettre à jour. Avant d’entreprendre des changements de nature fiscale, nous vous invitons à nous consulter afin de valider si ces points généraux peuvent s’appliquer à votre situation, car chaque cas est unique.
 

  • REER FTQ (ou CSN) : Nous vous suggérons de n’y contribuer que 5 ans avant votre retraite, et non plus tôt. Le rendement moyen obtenu par ces placements est généralement moindre que celui du marché.
  • REER : Si vous avez un conjoint et que votre revenu est de beaucoup supérieur à celui de votre conjoint, vous avez intérêt à contribuer au REER de votre conjoint. Vous devenez donc le cotisant, votre conjoint le rentier. Le retrait du REER au moment de la retraite sera moins taxé de cette façon.
  • REVENU DE PLACEMENT : Si vous avez des revenus de placements (revenus d’intérêts, de dividendes ou gain en capital), vous auriez avantage à contribuer à un CELI. Vous n’aurez plus à payer d’impôts sur vos revenus de placements. La contribution maximale annuelle est de 5 000 $ pour les année 2009 à 2012 et de 5 500 $ pour l’année 2013 et 2014, 10 000 $ pour l’année 2015 et puis 5 500 $ pour les années 2016 et 2017.  Pour le mois de janvier 2017, votre contribution cumulative maximum est donc de 52 000 $ et ce, jusqu’au 31 décembre 2017.
  • REVENU REGIE RENTE QUEBEC (RRQ) : Si vous recevez vous ou votre conjoint un revenu de la RRQ, vous auriez intérêt à leur demander de fractionner votre revenu à la source avec votre conjoint. Un simple appel suffit de votre part.
  • CRÉDIT IMPOTS PENSION : Si vous avez 65 ans, et ne touchez pas de revenu de pension de votre employeur, vous auriez intérêt à convertir une partie de votre REER en FEER, vous permettant ainsi un retrait de 2 000 $ par année libre d’impôts.
  • UN SEUL COMPTABLE : Si vous et votre conjoint (ou enfant avec frais de scolarité) avez chacun votre comptable, il existe un risque que les déclarations ne soient pas optimisées. En regroupant les déclarations d’une même famille chez le même comptable, cela peut réduire le montant de vos impôts.
  • ENFANT : Si vous avez des enfants qui comptent étudier au CEGEP ou à l’Université, vous auriez avantage de profiter du programme REEE qui vous procure un rendement d’au moins 20 % (le boni du fédéral). Si votre revenu familial n’est pas plus élevé que 80 000 $, d’autres primes pourront se rajouter. Il est préférable d’y contribuer pendant 4 ou 5 ans avant que l’enfant n’atteigne 21 ans.
  • BÉNÉVOLAT : Vous auriez avantage à vous faire payer pour vos heures réellement travaillées auprès de l’organisme de charité, puis verser votre salaire sous forme de don à l’organisme en question. Vous aurez droit à un retour d’impôts, car vous serez moins imposé en salaire que ce que vous rapportera votre crédit pour don.
  • NOUVEAU PROPRIÉTAIRE D’UNE MAISON : Si vous n’étiez pas propriétaire d’une maison ces 5 dernières années (ni vous, ni votre conjoint),  vous pourriez avoir droit à un crédit non remboursable de 750 $ au niveau fédéral l’année de l’achat de votre maison.
  • NOUVEAU PROPRIÉTAIRE D’UNE MAISON : Si vous n’étiez pas propriétaire d’une maison ces 5 dernières années (ni vous, ni votre conjoint), vous auriez avantage à retirer des sommes de votre REER avec le programme RAP.  Vous pourriez ainsi rembourser votre REER SANS INTÉRÊTS et ce, durant une période de 15 ans.
  • ACOMPTES PROVISIONNELS : Vous avez avantage à payer Revenu Québec en guise d’acomptes provisionnels avant Revenu Canada, car les pénalités et intérêts sont plus élevés au niveau provincial.
  • PLACEMENTS REER OU HORS-REER : Afin de maximiser votre rendement, il est important de prioriser les rendements de vos placements avant de choisir le véhicule approprié (Reer ou hors-Reer). Le rendement prime sur les avantages fiscaux. Le Reer n’est après tout qu’un report d’impôts dans le futur. Et n’oubliez pas qu’un gain en capital est pleinement imposé dans un REER alors qu’il n’est imposé qu’à 50 % s’il est dans un compte Hors-REER, et pas imposé du tout s’il est dans un CELI.
  • TRAVAILLEUR AUTONOME : Si votre profit (vos revenus totaux moins le total des dépenses de l’année) est supérieur à 20 000 $, vous auriez avantage à vous incorporer.  En plus des avantages économiques, il existe aussi plusieurs avantages sur le plan de la protection de vos biens personnels.  En fait, l’incorporation vous permet de bénéficier d’un taux d’impôts réduit. Informez vous auprès de nous !
  • REVENU DE PENSION : Il est impératif que vous et votre conjoint fassiez faire vos impôts par le même comptable.  Vous pourrez ainsi profiter au maximum du fractionnement de revenu de retraite au maximum, ce qui peut vous faire sauver quelques milliers de dollars par année.
  • ÉTAT CIVIL : Le moment où votre état civil change (vous vous séparez ou devenez conjoint de fait),  il faut aviser Revenu Canada (formulaire RC65) pour le crédit de TPS.  En les avisant rapidement, vous éviterez qu’ils vous reviennent plusieurs mois plus tard avec une facture salée.
  • CRÉDIT PERSONNE HANDICAPÉE : Si vous connaissez quelqu’un qui a droit au crédit pour personne handicapée, parlez-lui du REEI (régime enregistré d’épargne invalidité).  Il s’agit d’un programme dans lequel le gouvernement lui versera une subvention annuelle (de 1 000 $ à 3 500 $), ainsi que (dans certains cas) un bon canadien pour l’épargne invalidité pouvant aller jusqu’à 1 000 $ par année.  Il s’agit d’un programme généreux pour ceux et celles qui ont droit au crédit pour personne handicapée.
  • CELI : Il est préférable de ne pas y mettre des actions de sociétés américaines portant dividendes, car vous y paierez de toute façon un impôt étranger prélevée à la source.  Privilégiez les actions canadiennes à bons dividendes, au sein de votre CELI.
  • REEE : Si votre revenu familial est inférieur à 40 000 $ par année et que vous avez des enfants de moins de 15 ans, demandez à votre planificateur financier l’ouverture d’un REEE  (régime enregistré d’épargne-étude) au nom de vos enfants. Sans aucune contribution de votre part, vous pourriez avoir droit à des cotisations cumulatives de 2 000 $ par enfant qui seront payées par le gouvernement.  Il s’agit des bons canadiens pour études.

 

 

Your browser is out of date. It has security vulnerabilities and may not display all features on this site and other sites.

Please update your browser using one of modern browsers (Google Chrome, Opera, Firefox, IE 10).

X